La Bibliothèque musicale La Grange-Fleuret abrite une quarantaine de fonds d’archives émanant de dons ou de dépôts. Cet ensemble prestigieux regroupe plusieurs milliers de documents ayant appartenu à des compositeurs, des interprètes, des musicologues et personnalités des XIXe et XXe siècles : autographes musicaux, lettres manuscrites de musiciens et de leurs correspondants, photographies originales, gravures, programmes de concerts, médailles, moulages et autres objets divers. Ce riche corpus patrimonial constitue en musique l’une des plus vastes collections privées de France. 

Principaux fonds d’archives :

Claude Ballif (1924-2004)

compositeur

BLGF, Fonds Ballif.

Compositeur, théoricien, professeur d’analyse et de composition au CNSMDP, Claude Ballif fut l’un des grands représentants de la création musicale française de son temps. Il a déployé une pensée singulière et une œuvre abondante dont témoignent ses archives, que la Bibliothèque musicale La Grange-Fleuret a recueillies en 2012. Outre les manuscrits des œuvres du compositeur et ceux de ses nombreux écrits (livres, articles, conférences), le fonds regroupe des lettres manuscrites, des programmes de concerts, des dossiers documentaires, des enregistrements des œuvres de Claude Ballif, ainsi que des photographies, des objets et des documents personnels, et une large partie de sa bibliothèque musicale.

Alfred Cortot (1877-1962)

pianiste

BLGF, Fonds Gianoli.

Cet immense pianiste était également bibliophile. A sa mort, Henry-Louis de La Grange a acheté sa bibliothèque musicale. Près de 10 000 ouvrages et plusieurs milliers de partitions annotées de sa main sont au coeur des collections de la Bibliothèque musicale La Grange-Fleuret. Quelques objets (médailles, moulage de sa main…) ont été offerts à la BLGF par ses anciens élèves à l’occasion de l’exposition qui lui avait été consacrée en 1988. S’y est également ajouté en 2012 une collection de pièces (lettres, programmes, articles…) rassemblées par une élève et admiratrice du pianiste, Georgette Petitot.

Jean Cras (1875-1932)

compositeur

BLGF, Fonds Cras.

Ce très beau fonds, recueilli en 2011, regroupe l’essentiel des archives du compositeur. Il comprend notamment les manuscrits de 64 des œuvres musicales de Jean Cras (esquisses, brouillons, copies au propre, souvent de différentes versions, dont l’ensemble de l’opéra Polyphème), plusieurs autres fragments de manuscrits, des esquisses musicales, un ensemble de près de 400 lettres (de J. Cras ou adressées à lui), de nombreuses coupures de presse (1909-1970), un lot de documents iconographiques (plaques de verre, photographies, certaines dédicacées), des programmes de concerts (1909-1935), ainsi qu’une centaine de documents divers (papiers personnels, textes autographes, contrats, publications).

Voir l’inventaire sur le site du Catalogue collectif de la France.

Sylvain Dupuis (1856-1931)

chef d’orchestre

BLGF, Fonds Dupuis.

Le chef d’orchestre belge connut tous les compositeurs de son temps et les fit jouer à Bruxelles et à Liège. Ses archives sont le reflet de ses affinités françaises et allemandes : les lettres de Richard Strauss et de Gustav Mahler voisinent avec celles de Claude Debussy et de Vincent d’Indy. Ce fonds compte plusieurs manuscrits, dont une page de Franz Liszt, une Fugue de Camille Saint-Saëns, un Hymne pour choeur d’hommes de César Franck, des esquisses de la Toccata de Ferruccio Busoni, et des notes pour la mise en scène de Louise de Gustave Charpentier. Plusieurs centaines d’autres lettres autographes, collectionnées par l’épouse de Sylvain Dupuis, sont signées d’Hector Berlioz, Hans von Bülow, Ernest Chausson, César Franck, André-Modeste Grétry, Gabriel Pierné, Camille Saint-Saëns… Des livres d’or et des photographies dédicacées complètent cette collection.

Maurice Fleuret (1932–1990)

journaliste, acteur de la vie culturelle

BLGF, Fonds Fleuret.

Archives professionnelles de Maurice Fleuret. Contient à la fois l’ensemble de ses articles publiés ou inédits (dont ceux paru dans Le Nouvel Observateur), les dossiers de presse des festivals et manifestations qu’il a créés (L’Arc, la Fête de la Musique…), des enregistrements d’entretiens ou d’émissions radiophoniques ou télévisuelles, ainsi qu’un fort ensemble de lettres, de manuscrits musicaux et de portraits photographiques de nombreux compositeurs contemporains (Georges Aperghis, Claude Ballif, Luciano Berio, Pierre Boulez, Sylvano Bussoti, John Cage, Henri Dutilleux, Jean-Claude Eloy, Betsy Jolas, György Ligeti, Witold Lutoslawski, Karlheinz Stockhausen, Toru Takemitsu, Iannis Xenakis…). Nombre de lettres également (environ 250) d’interprètes ou d’artistes contemporains (Maurice Béjart, Brook, Sylvain Cambreling, Elisabeth Chojnacka, Bernard Gavoty, Ivry Gitlis, Eliahu Inbal, Yvonne Loriod…).

Voir l’inventaire sur le site du Catalogue collectif de la France.

Emile Goué (1904-1946)

compositeur

BLGF, Fonds Goué.

Le fonds Emile Goué permet de resituer un artiste oublié dans la musique française du XXe siècle. Les manuscrits d’un peu plus d’une soixantaine d’œuvres – symphonies, concertos, musique de chambre, mélodies – ainsi qu’un ensemble de lettres, écrits sur la musique et programmes de concerts, sont à la disposition des chercheurs.

Voir l’inventaire sur le site du Catalogue collectif de la France.

Olivier Greif (1950-2000)

compositeur et pianiste

BLGF, Fonds Greif (photographie Aubertin).

Pianiste exceptionnel, lecteur-né et compositeur de génie du dernier tiers du XXe siècle, Olivier Greif s’inscrit hors courant de toute notion de style, résolument moderne et personnel. Au cœur de son œuvre, se déploie une intensité, une soif inextinguible de spiritualité autant que d’absolu toutes entières au service de l’expression la plus pure dans la triple ascendance de Mahler, Britten et Chostakovitch. Accueilli par la Bibliothèque musicale La Grange-Fleuret en septembre 2021, ce fonds d’archives rassemble aux côtés des manuscrits des œuvres du compositeur, ceux de ses nombreux écrits (carnet de bord, correspondance), des programmes de concerts, des articles, des enregistrements des œuvres d’Olivier Greif (dont beaucoup jouées par lui), l’essentiel de ses bibliothèque et partothèque d’usage, ainsi qu’une large section iconographique et quelques objets.

Claude Helffer (1922-2004)

pianiste

BLGF, Fonds Helffer.

Entré fin 2005 à la Bibliothèque musicale La Grange-Fleuret, le Fonds Claude Helffer, don de Madame Mireille Helffer, est pour l’essentiel formé par la bibliothèque musicale du pianiste. Outre les partitions de nombre d’œuvres du répertoire (de la Première à la Seconde Ecole de Vienne), les archives comprennent la plupart des partitions contemporaines jouées par Claude Helffer (le plus souvent très annotées). On y retrouve notamment les noms de Messiaen, Xenakis, Boulez, Barraqué, Berio, Stockhausen, Maderna, Ligeti, Carter, Schnittke, Denisov, Boucourechliev, Nigg, Méfano, Jolas, de Pablo, Nunes, Manoury ou Jarrell, et beaucoup d’autres encore. Le fonds comprend également un ensemble de pièces d’archives complémentaires : correspondance, enregistrements, affiches, programmes, ainsi que plusieurs textes ou trames que Claude Helffer a rédigés pour diverses occasions (cours, conférences ou émissions de radio).

André Jolivet (1905-1974)

compositeur

BLGF, Dossiers iconographiques.

Fonds constitué de documents issus de la bibliothèque personnelle d’André Jolivet, souvent dédicacés et annotés (partitions, livres, revues, programmes de concerts et de spectacles). S’y ajoutent quelques lettres et documents iconographiques, ainsi que le masque mortuaire du compositeur.

Charles Kœchlin (1867-1950)

compositeur

BLGF, Fonds Kœchlin.

Si la musique de Charles Kœchlin semble aujourd’hui moins oubliée que de son vivant, nombre de ses écrits demeuraient confidentiels, pour ne pas dire introuvables. D’où l’intérêt de la donation faite par la famille du compositeur à la BLGF. Manuscrits, correspondance, cours, conférences, archivés de façon minutieuse, constituent un complément précieux à une étude sur son art, sinon à la connaissance de sa vie.

Joseph Kosma (1905-1969)

compositeur

BLGF, Fonds Kosma.

Le compositeur des Feuilles mortes et de la musique des Visiteurs du soir est représenté par de nombreux manuscrits de ses mélodies et musiques de films, ainsi que par des photographies et une intéressante correspondance professionnelle et privée.

Henry-Louis de La Grange (1924-2017)

musicologue

Henry-Louis de La Grange étudia la musique à l’Université de Yale, puis à Paris avec Yvonne Lefébure et Nadia Boulanger. Critique musical de nombreux journaux et périodiques français et étrangers, chargé de cours et conférencier, il était aussi le biographe mondialement reconnu de Gustav Mahler. Auteur de Vienne : histoire musicale (Coutaz/Fayard), Henry-Louis de La Grange a également organisé le Festival d’Alziprato (Corse) de 1974 à 1979, il a collaboré à l’exposition Mahler du Musée d’art moderne de la Ville de Paris en 1985 et à l’Intégrale Mahler du Théâtre du Châtelet en 1989, puis à celle de Lyon (1991-1994). Il a été directeur artistique de la Mahler Festwoche de Toblach (Tyrol du Sud) en 1986 et a participé à l’organisation du Festival Mahler d’Amsterdam en 1995. Le fonds De La Grange est constitué d’archives professionnelles et personnelles, autant de témoignages de l’amitié de compositeurs et d’interprètes rencontrés lors de sa vie.

Guillaume de Lallemand du Marais (1860-1931)

militaire de carrière et mélomane

BLGF, Dossiers iconographiques.

Musicien et mélomane fervent, le général de Lallemand fut l’ami des compositeurs Ernest Chausson, Paul Dukas, Gustav Mahler, Gabriel Fauré, Vincent d’Indy et Isaac Albeniz. Ils sont présents dans ce fonds à travers une passionnante correspondance entièrement inédite. S’ajoutent à cet ensemble de très nombreuses partitions souvent dédicacées par leur compositeur.

Paul Le Flem (1881-1984)

compositeur et critique

BLGF, Dossiers iconographiques.

La plupart des manuscrits du compositeur y figurent, à côté d’un ensemble de 200 lettres autographes rappelant son activité de chef de chœur et de journaliste et ses amitiés avec quelques-uns des grands créateurs de ce siècle, tels Edgar Varèse, Albert Roussel ou André Jolivet.

Voir l’inventaire sur le site du Catalogue collectif de la France.

René Le Roy (1898-1985)

flûtiste

BLGF, Fonds Le Roy

Arrivé en 2009, le Fonds René Le Roy est issu des archives personnelles du flûtiste français, qui fut l’un des principaux successeurs de Paul Taffanel. Le fonds se compose de manuscrits musicaux (de Claude Debussy, André Jolivet, Arthur Lourié, Henri Nouveau, Jean Rivier, Igor Stravinski ou Virgil Thomson) et de partitions imprimées d’œuvres pour flûte (souvent dédicacées à René Le Roy), mais aussi de lettres autographes de divers correspondants (de Nadia Boulanger à Edgard Varèse) et d’un lot de photographies originales.

Voir l’inventaire sur le site du Catalogue collectif de la France.

Yvonne Lefébure (1898-1986) – Fred Goldbeck (1902-1981)

pianiste / musicologue

BLGF, Fonds Lefébure-Goldbeck.

Outre les programmes de concert et la correspondance couvrant la carrière de la pianiste, les notes et les documents de travail, les manuscrits et les lettres de son époux musicologue, cet ensemble compte aussi des manuscrits de Pierre Boulez, André Jolivet, Albert Roussel et Iannis Xenakis, ainsi qu’une correspondance avec John Cage, Luigi Dallapiccola, Wilhelm Furtwängler, Arthur Honegger et Edgar Varèse… parmi d’autres.

Marguerite Long (1874-1966)

pianiste

BLGF, Fonds Long.

Archives personnelles de la grande pianiste française, qui fut notamment l’interprète et l’amie de Maurice Ravel : un livre d’or aux signatures prestigieuses, d’innombrables lettres et photographies dédicacées, des articles, des critiques et de nombreux programmes de concerts.

Gustav Mahler (1860-1911)

compositeur et chef d’orchestre

BLGF, Fonds Mahler.

Fruit des recherches menées depuis près de soixante ans par Henry-Louis de La Grange, c’est le plus important fonds rassemblé en Europe sur le compositeur autrichien. Manuscrits (dont celui du Finale de la Neuvième Symphonie), lettres autographes, enregistrements, programmes de concerts, photographies et objets ayant appartenu à Gustav Mahler, viennent s’ajouter aux dossiers de travail du musicologue et à une volumineuse documentation sur la vie artistique viennoise au tournant du siècle.

Gérard Michel (1924-1996)

musicologue et producteur de radio

BLGF, Fonds Michel.

Arrivé en 2010, ce fonds recueille les archives du musicologue et producteur de radio. Outre une correspondance riche de quelques 700 lettres autographes (de J. Canteloube, H. Dutilleux, Daniel-Lesur, J. Ibert, A. Jolivet, O. Messiaen, H. Sauguet ou A. Tansman), il regroupe l’ensemble des écrits de Gérard Michel (au sens large : articles, livres, textes de conférences), ainsi que 120 dossiers d’émissions radiophoniques (de 1947 à 1971) et plusieurs dossiers documentaires (sur Saint-Saëns, Jolivet, Ibert, Martinon, ou sur l’Académie du Disque Français). S’y ajoutent un lot de programmes de concerts (des années 1940 aux années 1990), de photographies, ainsi que divers imprimés et quelques. Est proposée ici la première version de l’inventaire, auquel manquent encore quelques catégories de documents en cours de traitement.

Gioachino Rossini

compositeur

BLGF, Fonds Rossini.

Couvrant les années parisiennes de Gioacchino Rossini, c’est un ensemble de documents intimes : vingt-huit lettres inédites du compositeur à son épouse Olympe, des carnets d’adresses autographes, des photographies, des copies corrigées, de pièces pour piano.

Voir l’inventaire sur le site du Catalogue collectif de la France.

André Schaeffner (1895-1980)

musicologue / ethnomusicologue

André Schaeffner (Wikimedia Commons).

La correspondance très importante de ce musicologue avec, notamment, Georges Auric, Alfredo Casella, Manuel de Falla, Francis Poulenc ou Igor Stravinsky, est complétée par un ensemble de programmes de concerts, articles, dossiers de presse couvrant cinquante années de vie musicale française.

Voir l’inventaire sur le site du Catalogue collectif de la France.

Emile Vuillermoz (1878-1960)

musicologue

BLGF, Fonds Vuillermoz.

Fonds d’archives conséquent, contenant en premier lieu la totalité des très nombreux articles que Vuillermoz publia entre 1903 et 1960 dans de nombreux titres de la presse française (L’Excelsior, Candide, Le Temps, Comœdia, L’Echo de Paris, L’Eclair, Paris-Midi, Radio-Magazine, Le Journal Musical, Le Mercure de France, Femina, Journal des Jeunesses Musicales de France, etc.). A cette collection exhaustive, qui témoigne de plus de cinquante années de la vie musicale française, s’ajoutent encore les manuscrits du célèbre musicographe, des programmes de concerts et de festivals, des coupures de presse relatives aux œuvres et aux écrit de Vuillermoz, des photographies, ainsi que divers papiers officiels et personnels.